J8 : les matchs du jour de l'euro 2016 avec la programmation télé

17 juin 2016 - 15:02

Pour ce huitième jour de matches dans cet Euro 2016, les deuxièmes rencontres des phases de poules se poursuivent. Dans le groupe D, la République Tchèque va tenter de se reprendre face à la Croatie (18h) tandis qu'en soirée l'Espagne espère retrouver son efficacité offensive contre les Russes (21h). Un peu plus tôt dans l'après-midi, l'Italie rencontre la Suède (15h) et peut asseoir sa domination dans le groupe E.

.Convaincantes, l’Italie et la Croatie affrontent respectivement la Suède et la République Tchèque avec l’ambition de composter leur billet pour le tour suivant. Le double champion d’Europe espagnol peut en faire de même.

 A 32 ans, la magie continue d’opérer et peut-être plus que jamais. Encore une fois, lundi 13 juin dernier, Andres Iniesta a illuminé de sa classe et son sens du jeu la rencontre opposant l’Espagne à la République Tchèque, délivrant la passe décisive sur le but victorieux de Gérard Piqué.

Face à la Turquie, c’est encore le natif de Fuentealbilla, dans La Mancha, qui prendra les rênes du jeu ibérique et aura la charge de donner le tempo à une équipe encore en rodage. Si les Espagnols ont affiché un niveau technique supérieur et fait tourner comme à leur habitude, ils ont plus de mal à trouver des espaces et accélérer dans les 30 derniers mètres où Morata s’est montré discret. Le buteur de la Juventus Turin n’aura guère plus de champ face à une Turquie qui jouera une partie de son avenir dans cet Euro.

 

Dépassée par la maîtrise technique croate, l’équipe entraînée par Fatih Terim devra montrer un autre visage que celui du Parc des Princes pour espérer renverser le double champion d’Europe en titre. A commencer par Arda Turan, transparent, qui a été jusqu’à demander pardon au peuple de son pays pour sa prestation ratée. "C'est un joueur qui apporte le danger et il sera surmotivé. En outre, il connaît tous nos joueurs", craint son coéquipier à Barcelone Jordi Alba. Une réaction forte est donc attendue ce vendredi à Nice. Dans le cas contraire et si elle commet autant d’imprécisions techniques que contre les Croates, la Turquie risque fort de voir ses chances de poursuivre la compétition s’amenuiser.

Bourreau des Turcs en ouverture (1-0), les Croates n’ont pas tant de tourments à l’heure de retrouver la République Tchèque. Malgré la confiance emmagasinée, Ante Cacic se veut très méfiant. "J’ai dit à mes joueurs que j’ai plus peur de la République Tchèque que de la Turquie", a confié le sélectionneur croate. Comme lors du premier match, la sélection au damier se reposera sur son milieu de terrain et les illuminations de Luka Modric et Ivan Rakitic, mais aussi sur son bruyant public. Un résultat positif leur permettrait de faire un pas de plus vers les huitièmes de finale. Peu en vue, les Tchèques sont dans l’obligation de sortir de leur torpeur ou le voyage retour sera d’actualité.

 

Dépassée par la maîtrise technique croate, l’équipe entraînée par Fatih Terim devra montrer un autre visage que celui du Parc des Princes pour espérer renverser le double champion d’Europe en titre. A commencer par Arda Turan, transparent, qui a été jusqu’à demander pardon au peuple de son pays pour sa prestation ratée. "C'est un joueur qui apporte le danger et il sera surmotivé. En outre, il connaît tous nos joueurs", craint son coéquipier à Barcelone Jordi Alba. Une réaction forte est donc attendue ce vendredi à Nice. Dans le cas contraire et si elle commet autant d’imprécisions techniques que contre les Croates, la Turquie risque fort de voir ses chances de poursuivre la compétition s’amenuiser.

Bourreau des Turcs en ouverture (1-0), les Croates n’ont pas tant de tourments à l’heure de retrouver la République Tchèque. Malgré la confiance emmagasinée, Ante Cacic se veut très méfiant. "J’ai dit à mes joueurs que j’ai plus peur de la République Tchèque que de la Turquie", a confié le sélectionneur croate. Comme lors du premier match, la sélection au damier se reposera sur son milieu de terrain et les illuminations de Luka Modric et Ivan Rakitic, mais aussi sur son bruyant public. Un résultat positif leur permettrait de faire un pas de plus vers les huitièmes de finale. Peu en vue, les Tchèques sont dans l’obligation de sortir de leur torpeur ou le voyage retour sera d’actualité.

 

Le programme des matches du vendredi 17 juin :
A 15h : Italie/Suède sur TF1 et beIN SPORTS 1
A 18h : République Tchèque/Croatie sur beIN SPORTS 1
A 21h : Espagne/Turquie sur M6 et beIN SPORTS 1

Commentaires